dimanche 19 mars 2017

Anna et Nougat


Kate Berube, Albin Michel, 2017


Il y a des fois où la peur est si grande qu’elle nous empêche d’aller vers les autres.
Anna, chaque soir après l’école, rejoint son père à l’arrêt de bus. Sa camarade d’école Violette descend au même arrêt et va retrouver sa mère qui l’attend en compagnie de Nougat, son chien. Chaque jour, la maman de Violette propose à Anna de caresser Nougat et tous les jours, Anna répond « Non merci ». 

Kate Berube, Albin Michel, 2017


Un soir, Nougat a disparu. Tout le monde part chercher le chien.  La nuit tombe, Nougat n’est toujours pas rentré. Assise sur les marches de sa maison, Anna, tout en regardant les étoiles scintillées,  pense au chien et se représente sa peur et sa tristesse. Soudain, elle entend un bruit…


Kate Berube, Albin Michel, 2017


Anna et Nougat évoque avec une délicatesse infinie le rapport mêlé de crainte et d’hésitation que l’on peut entretenir face aux animaux et la nécessité de prendre le temps de faire connaissance pour nouer une relation de confiance.  Les dessins à l’encre sont exquis, d’une grande douceur. Et la pleine page des maisons dans la nuit, le ciel étoilé, est tout bonnement splendide. Une merveille !



Kate Berube, Anna et Nougat, Albin Michel, 2017

samedi 25 février 2017

L'Histoire de Miss Kitty


ill. Quentin Blake, Gallimard jeunesse, 2016
« Les mauvaises fréquentations corrompent les mauvaises manières. » Miss Kitty en a fait les frais.
Pour sa maîtresse, une vieille dame anglaise, Kitty est le meilleur du chat du monde. Pendant la journée, Kitty reste paresser à l’intérieur de la demeure ;  on l’imagine ronronner sur un coussin brodé. Mais à la nuit tombée, la chatte, passionnée par le braconnage, part mener des aventures hautement plus dangereuses. Sauf que vêtir un veston de chasse et enfiler des bottes fourrées, ne donne en rien l’adresse pour manier un fusil. Kitty échoue lamentablement à chasser le moindre gibier.


ill. Quentin Blake, Gallimard jeunesse, 2016

En poursuivant un lapin futé, miss Kitty tombe dans le piège de renard. Elle y perdra non seulement un orteil mais aussi toutes ses ambitions de dame chasseresse. Et c’est avec une élégance toute boitillante qu’elle recevra, désormais en guise de divertissements, des chattes respectables à prendre le thé.

ill. Quentin Blake, Gallimard jeunesse, 2016
Miss Kitty est une histoire inédite de Beatrix Potter dans laquelle on retrouve toute la malice et la fantaisie de cet auteur anglaise. Et la cerise sur le gâteau, si je puis me permettre cette expression pour qualifier le travail d’un illustrateur anobli par la Reine d’Angleterre, Miss Kitty est illustré par l’immense et génialissime Quentin Blake. Vivant, plein de finesse et drôle, son trait est unique. Dans Miss Kitty, il met en scène, avec l’humour qui le caractérise, les animaux et offre des tableaux et des pastilles, aux couleurs douces,  qui donnent au récit élan et délicatesse.

Beatrix Potter, L’Histoire de Miss Kitty, illustré par Quentin Blake, Gallimard jeunesse, 2016



lundi 16 janvier 2017

Petit inventaire du monde



Il y a tant et tant de choses dans ce Petit Inventaire que l’on s’étonne du titre.  Petit inventaire mais grand format qui permet d’observer de belles et grandes pages illustrées où l’on survole le jardin, où l’on se met à table et où l’on contemple les couleurs des paysages…. en trois langues. C’est une lecture qui fait ricocher un mot à un autre en français, en anglais et en espagnol.



On cherche les mots identiques d’une langue à l’autre : pétunia, petunia, petunia, on scrute les ressemblances : papier, paper, papel, on  s’amuse de l’emploi  d’un nom : en espagnol, le volant du badminton se dit pluma de badminton comme un oiseau-objet qui s’envole. C’est un jeu, une gymnastique du vocabulaire amusante.

Les illustrations en papiers découpés sont magnifiques : il y a du grain, de l’épaisseur dans les éléments représentés. Quant à la mise en page, elle est vivante et extrêmement réussie car la lecture est aisée et les éléments s’imbriquent les uns avec les autres. 
Un inventaire que je vous recommande chaudement pour satisfaire les polyglottes  des cours de récrés et les amoureux des mots qui aiment jongler d’une langue à une autre.


Maya Hanisch, Petit inventaire du monde en francais, en anglais et en espagnol, Rue du monde, 2016